Twitter

Spinoza

Ni rire, ni maudire, ni pleurer, comprendre
(Spinoza)

A- A A+

Le monde en 2040 selon la CIA

Nous serons 9,2 milliards en 2040Tous les 4 ans, le « National Intelligence Council », organe de la CIA, publie un rapport intitulé : « Global Trends ». Cette année, c’est « Global Trends 2040 » ; c’était « Global Trends 2035 » il y a 4 ans, et cela dure depuis 1997 : nous en sommes au 7ème rapport, préparé avec l’aide de 2500 experts du monde entier.

 

Traditionnellement, ce rapport fait l’objet en France d’une course effrénée pour savoir qui publiera le plus rapidement une traduction française. Rien de tel cette année apparemment : le virus accapare toutes les attentions,  tandis  que les médias naviguent au jour le jour entre la fin du mois et  la fin du monde ! Il faut donc se contenter, pour le moment, du texte anglais (144 pages), dont je retiens 10 données  et les 5 scénarios qui constituent la seconde partie du texte.

 

A - 2040 en 10 informations

  1 – Nous serons 9,2 milliards en 2040, contre 7,750 milliards en 2020. C’est 70 à 75 millions d personnes en plus par an, contre 80 à 85 millions de plus chaque année entre 2000 et 2020. Cela signifie que la croissance annuelle de la population mondiale sera de moins en moins importante, sauf en Afrique Subsaharienne qui doublera presque sa population entre 2020 et 2040.

 

2 – La population urbaine (agglomérations de plus de 2 500 habitants) passera entre 2020 et 2040 de 56 à 66 % de la population mondiale. C’était 50 % en 2000. Cela signifie que la ville a définitivement gagné la partie aux dépens des zones rurales.

 

3 – 1,2 milliards de personnes sont sorties de la pauvreté entre 2000 et 2020. 1,5 milliards de personnes suivront le même chemin entre 2020 et 2040, mais, bien entendu (note de l’auteur de cet article),  « c’était mieux avant »...

 

4 – La température mondiale moyenne a augmenté d’environ 1,1 degré depuis 1880. Ce sera 1,5 degré, sinon en 2040, du moins en 2050, si nos efforts sont insuffisants pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie qu’en 2040, notre maison brûlera toujours !

 

5 – La dette publique mondiale liée au vieillissement de la population et aux virus deviendra elle aussi, entre 2020 et 2040, une « affaire du siècle ». Avis de gros temps pour l’économie mondiale !

 

6 – Le « grand basculement » de l’économie mondiale se confirmera entre 2020 et 2040, comme le montrent les chiffres du tableau suivant :

 

                          En % du PIB mondial 

 

Pays de l’OCDE

Pays asiatiques émergents

 

 

 

2000

75 %

  5 %

2020

55 %

25 %

2040

45 %

33 %

 

7 – Entre 2020 et 2040, l’intelligence artificielle et les biotechnologies impacteront de plus en plus la vie de chacun et l’histoire du monde : santé, transports, éducation, emploi, vie quotidienne, production agricole...

 

8 – Autre « problème du siècle », outre le climat et la dette : le conflit potentiel entre les Etats-Unis et la Chine pour le leadership mondial, avec comme participants éventuels ou comme spectateurs la Russie, l’Union Européenne, l’Inde,  le Japon, et peut être le Royaume-Uni...

 

9 – Terrain fertile pour les luttes d’influence entre pays et entre grandes régions du monde : l’établissement de normes mondiales dans tous les domaines, avec des difficultés particulières dans de nombreux secteurs : le contrôle des armes de destruction massive, les droits de la personne humaine, le droit des femmes, le mariage des enfants, la liberté du commerce, la propriété intellectuelle, les déplacements de réfugiés...

 

10 – Entre 2020 et 2040, les grands conflits meurtriers interétatiques auront pratiquement disparu, malgré les résurgences fréquentes  de  « guerres froides », mais d’autres conflits et d’autres éléments (terrorisme, grande criminalité,  drogues, cyber attaques ...) confirmeront leur potentiel de nuisance.

 

 

B – 2040 : Les 5 scénarios

  Scénario 1 : la renaissance de la démocratie

 Les Etats-Unis et les pays de l’OCDE n’ont plus le monopole du développement économique mais ils sont en 2040 les pays où la démocratie produit le plus de bonheur, lié non seulement à la croissance économique mais aussi  à la liberté politique et aux droits civiques qui favorisent l’initiative personnelle, les efforts de recherche et l’adoption rapide des nouvelles technologies. A l’inverse,  les pays autoritaires, menés par la Chine, par la Russie et par certains pays arabes, commencent à se rendre compte du fait que leurs habitants, charmés un  temps par leur enrichissement, veulent maintenant bénéficier des biens les plus précieux : la liberté bien sûr, mais aussi la qualité de la vie et de l’environnement !

 

Scénario 2 : un monde à la dérive

 C’est le chaos, ou du moins un monde sans direction ni leadership, où les grandes puissances ne se soucient que d’elles-mêmes et se moquent de la coopération internationale et notamment de l’ONU, réduite à un rôle  de parent pauvre. La Chine joue dans ce scénario un rôle de plus en plus important et de plus en plus contesté : ses prétentions, qui ne se limitent pas à Hong-Kong et à Taïwan, mettent la paix mondiale à rude épreuve, d’autant plus que les pays de l’OCDE, largués sur le plan économique, n’arrivent plus à défendre leur conception de la lutte contre les grandes dérives, notamment climatiques, du siècle.

 

Scénario 3 : la coexistence compétitive

 En 2040, les Etats-Unis et la Chine ont bien compris qu’ils ont intérêt à abandonner toute idée de conflit armé entre eux, mais cela ne les empêche pas de se livrer une lutte à mort pour le leadership mondial : dans tous les domaines (ressources énergétiques et agricoles, armements, monnaies, recherche, technologies, diplomatie, soft power...), le monde est leur terrain de rivalité, ce qui les conduit à privilégier les résultats à court terme et à ignorer les objectifs les plus  importants à long terme, et notamment la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Scénario 4 : des blocs séparés

 Dans ce scénario, le monde est fragmenté entre plusieurs grands blocs régionaux qui s’organisent en privilégiant leurs propres intérêts et leurs propres règles : les Etats-Unis, la Chine,  l’Union Européenne, l’Inde, la Russie, le Brésil, l’Arabie Saoudite ou l’Iran vivent leur vie et imposent leur modèle aux pays qui les entourent. Résultat : les grandes « affaires du siècle », dont le traitement requiert une coopération mondiale, sont ignorées, et les armes de destruction massive se développent à l’abri de ces grands blocs régionaux. Cela rappelle ce que Samuel Huntington, au début des années 1990, avait appelé « Le choc des civilisations ».

 

Scénario 5 : tragédie et mobilisation

 Ce scénario, curieusement intitulé « tragédie et mobilisation » est celui d’une alliance improbable entre la Chine, L’Union Européenne, les ONG mondiales et l’ONU pour sauver la planète en prenant et en prônant les mesures les plus énergiques dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique. Cette alliance voit le jour alors qu’une catastrophe alimentaire sans précédent a été engendrée par une diminution drastique de la production mondiale de céréales, liée à des phénomènes climatiques exceptionnels : sécheresse, typhons, inondations...

 

Commentaire personnel : les  scénarios 3 et 4, d’ailleurs compatibles et potentiellement complémentaires, me paraissent les plus vraisemblables et les plus probables, mais à chacun son avis !

 

 

Pierre le Roy, mai 2021

 

Texte disponible, comme les précédents,  sur mon site Internet GLOBECO, rubrique : « Il ne faut pas désespérer la planète ».